09 octobre 2010

FLAGRANT DELIT DE FAUX JOURNALISTIQUE

On le sait malheureusement, on l'oublie parfois, mais ceux qui ont la charge d'aller chercher l'information, de la vérifier, de la relayer, de l'analyser, etc., font rarement leur boulot comme ils le devraient. Je renvoie à ce propos à l'excellent ouvrage de C. Lemieux, Mauvaise presse, qui s'intéresse à la grammaire journalistique, dont les règles sont largement bafouées dans l'histoire révélée dans l'extrait d'arrêt sur images proposé ici.


En effet, l'hebdomadaire Le Point, dans son édition du 30 septembre 2010, promet de nous révéler ce dont on n'ose pas parler. Un des articles concerne la polygamie, thèmes politique et médiatique récurrent ces derniers mois.
Jean-Michel Decugis, journaliste au Point, nous propose alors le témoignage de Bintou, "une jeune femme au joli visage légèrement scarifié de chaque côté des yeux", épouse d'un homme polygame, vivant avec une des autre épouse de son marie et une douzaine d'enfant dans un appartement de la cité des Bosquets à Montfermeil en Seine-Saint-Denis.

Un article racoleur de plus sur la banlieue ? Et bien cette fois, NON ! Car Bintou n'a jamais existé ! C'est un jeune homme, Abdel, qui a imité une voix de femme africaine pour répondre aux questions du journaliste qui ne s'est pas déplacé pour rencontrer la personne interrogée, n'a pas non plus pris le soin de vérifier les informations, etc.

Pour autant, la situation qu'éclaire cet article colle bien avec le titre en Une du Point "Ce qu'on ose pas dire". Car pour une fois qu'un faux journalistique est aussi visible, et documenté - Abdel s'est filmé pendant son entretien téléphonique avec le journaliste du Point - c'est l'occasion de parler de la manière dont est produite l'information qui nourrit les médias (papiers, TV, radios ou autres). C'est ce que dénonce Abdel dans cet extrait d'Arrêt sur Images et c'est ce qui a motivé son "canular".

Bon visionnage !

video

Sources : L'article d'Arrêt sur Images | L'article de Las-bas.org | L'article de rue89

0 commentaires: